Il est temps de faire une pause

Je l’avais vu venir mais je n’ai pas su l’éviter : le craquage. J’ai trop fait ces dernières années. Si elles ont été stimulantes, si elles ont été faites de jolies rencontres et qu’elles avaient du sens, ces deux dernières années m’ont mis à plat. J’ai puisé plus d’une fois dans mes réserves de secours et là, je dois me rendre à l’évidence, je ne suis plus en état de militer quotidiennement que ce soit dans des associations ou via les réseaux sociaux et le blog.

Je suis dans un rapport à mon militantisme qui devient malsain. Ça devient un devoir, je m’en demande toujours plus, je dépasse chaque fois un peu plus mes limites précédentes. La quasi totalité de mon temps est actuellement utilisée pour faire des choses utiles, j’en ai oublié les choses plaisantes et ressourçantes.

Finalement, ce risque du burn out dont j’ai mis en garde des camarades à plusieurs reprises, je me le prend en pleine face.

Je ne pense pas arrêter totalement mais mon engagement ne sera que très ponctuel, sur des points bien précis. Par défaut je vais me préserver.

article 42

Il n’y a pas longtemps, un ami m’a fait remarquer avec subtilité que je disais beaucoup de choses dures sur moi et il m’a demandé si j’arrivais à m’accorder un peu de bienveillance. Ça a été quelque chose d’assez fort après-coup car j’ai perçu qu’en ce moment j’avais encore moins de bienveillance à mon égard que d’habitude. Sans doute que ça me rend encore plus écorché quand les gens disent ou font des choses blessantes, involontairement ou non. L’important est que ça me fait du mal, que je les ressasse et que ça m’épuise. Même une cause noble et importante n’a pas à me mettre dans ces états.

Il faut que je prenne soin de moi en m’éloignant de ces interactions et en cultivant autant que possible un peu de douceur à mon égard.

Actuellement je n’ai plus de carapace pour me protéger de plein de petites choses pourtant pas forcément terribles. Du coup il faut que j’évite d’être confronté à tout ça car c’est douloureux et destructeur d’y être exposé.

Quand je récupèrerai en protection par rapport aux micro-agressions il faudra que je me pose la question de savoir si au delà du fait d’être en état d’affronter certains trucs liés au militantisme, si j’en ai l’envie. Cette question me semble d’autant plus importante que la situation s’est produite il y a déjà quelques années…

Si je dis tout ça ici c’est bien parce que je pense que c’est en lien avec les violences médicales que j’ai subi, avec mon PTSD et avec le stress minoritaire. Tout ça draine une partie de mon énergie, de manière chronique et je pense que j’ai toujours tendance à le minimiser même si ça commence à faire un bout de temps que j’en suis conscient.

En tout cas, je suis content d’avoir participé à des moments importants où deux belles associations se sont structurées et développées.

Pour ma part, je vais utiliser ce nouveau temps libre pour faire tout ce que j’ai mis en attente depuis trop longtemps, être dans l’instant présent et vivre davantage de choses en fonction de ce qui me fait du bien. De votre côté, prenez soin de vous. Allez, à la prochaine les chouchou·e·s.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s